Tu vois la fille que tu croises au moins deux fois par mois au Mc Do ? Celle qui a parfois l’œil aussi vide que son compte en banque ? Qui aime arroser généreusement ses soirées entre filles avec du rhum ? Qui mange des ramens en regardant des dramas et pour qui faire du sport est un calvaire ? Et ben cette fille, c’est moi.

  À des années-lumière des bobos, j'avais plutôt tendance à me moquer gentiment d'eux. Quand je les voyais brouter leurs graines germées entre deux séances de méditation, je ricanais doucement. Je ne mettais jamais les pieds dans une biocoop, et le yoga consistait pour moi à enchaîner des postures aux noms étranges pour finir par méditer en chantant des mantras -Clichés tu dis ? Connais pas-. Quant au mot vegan, il me hérissait les poils...

  Et pourtant... Quelques années plus tard, j'ai abandonné la tournée des bars pour celle des magasins bio. Je transpire sur mon tapis de yoga à faire une grande salutation au soleil correcte -ou pas- et j'essaye de mettre en place une routine de méditation. Je suis à 90% végétarienne et j'ai même des tendances végétaliennes. Ce mode d'alimentation qui me paraissait un brin masochiste m'attire de plus en plus. Pour des raisons d'éthique avant tout, mais aussi pour l'écologie et la santé.

  Pourtant ce parcours n'est pas vraiment une sinécure. Si je me sens de plus en plus en paix avec mes convictions, je fais face à de nombreux désagréments. Le prix des aliments bios, l'incompréhension de mon entourage, les clichés auxquels sont confrontés la plupart des végétariens. Sans parler de la grande question : qu'est-ce que je vais bien pouvoir manger ?

  En parlant de clichés, il y en a un qui m’agace particulièrement. Quand on me demande si je deviens végétarienne pour perdre du poids. La réponse polie est non. Je ne veux pas ressembler à toutes ces végétariennes « healthy » qui mangent sain à tous les repas. J'aime le gras, le sucre et le coca, mais je t'en parlerais plus une autre fois. En attendant, mes capitons et moi on reprendra un peu de ketchup avec nos frites.

  C'est pourquoi j'ai décidé de créer mon espace, pour partager mes découvertes, sans mensonge, sans promesse, sans culpabilité et toujours avec humour.

  Alors si le cœur t'en dit, passe de l'autre côté du miroir avec moi !